Le métier de traducteur

Ne s’improvise pas traducteur qui veut !

« Savoir parler français est une chose, mais savoir l’écrire sans fautes en est une autre. » Comme le français regorge de subtilités et d’exceptions, il vaut parfois mieux engager un traducteur chevronné pour traduire votre texte plutôt que d’utiliser Google Translate ou de demander à quelqu’un de votre entourage qui est « bon en français » et bilingue. Des erreurs de traductions sont vite arrivées et peuvent entacher votre crédibilité en tant que professionnel !

Je vous partage aujourd’hui un article du Bureau de la traduction pour illustrer mes propos : https://bit.ly/3jBgigy (Merci à @Alexandra Martin-Roche)

En voici un extrait :

  • « Qu’est-ce qu’un traducteur professionnel ? Voici une petite liste pour vous éclairer, mais notez bien que les traducteurs n’ont pas à remplir toutes les conditions ci-dessous pour être d’excellents langagiers.
  • Il a fait des études en traduction ou a suivi une formation équivalente.
  • Il est membre d’une association de traducteurs professionnels.
  • Il traduit dans sa langue maternelle et a une orthographe, une grammaire et une syntaxe irréprochables.
  • C’est un expert qui traduit des textes portant sur des sujets et domaines qui lui sont familiers, que ce soit l’architecture, l’ingénierie ou les arts. Cela veut dire qu’il maîtrise un langage technique utilisant des mots bien spécifiques et non des termes approximatifs. Par exemple, on ne confierait pas la traduction d’états financiers à un traducteur littéraire.
  • Il choisit la terminologie adéquate grâce entre autres à TERMIUM Plus® et au Grand dictionnaire terminologique. (…)
  • Il pose des questions sur le texte pour être sûr de bien le comprendre, et trouve même parfois des incohérences dans le document d’origine. »

Sur ce, je vous souhaite une belle journée !

Linguistiquement vôtre,

Déborah

Laisser un commentaire